Les indispensables d’un bois de bonne qualité et sa rentabilité ! Quel poêle ? Comment le choisir ? À quelle période ?

You are currently viewing Les indispensables d’un bois de bonne qualité et sa rentabilité ! Quel poêle ? Comment le choisir ? À quelle période ?
Bois empilés

La qualité du bois est indispensable pour un fonctionnement et un rendement optimal. Mais comment peut-on savoir si son bois est de bonne qualité face à la diversité proposé ? Comment savoir si le bois que l’on coupe est également qualitatif. Plusieurs éléments sont à prendre en considération et les poêles rentrent dans cette dernière.

Trois types de poêles à bois

Poêle traditionnel

Le poêle traditionnel ou encore poêle à combustion classique possède un seul avantage, c’est son prix peu élevé. Il n’y a qu’une seule arrivé d’air et les lignes sont simples.
Le rendement est mauvais, il se situe à environ 50%. De plus, il libère des composés polluant l’air. En acquérant ce type de poêle, vous vous verrez privé des aides accordées pour l’achat d’un poêle à bois.

Poêle à double combustion

Le poêle à combustion double, ou post combustion possède un meilleur rendement et cela grâce à plusieurs circuits d’air.

  • Le premier circuit alimente les buches en air comburant, c’est l’air primaire
  • Le second circuit apporte de l’air aux flammes après balayement de la vitre afin d’éviter un noircissement, c’est l’air secondaire
  • L’air tertiaire permet de limiter la pollution des particules fines et augmenter le rendement

Ces poêles atteignent facilement un rendement de 70%, une rentabilisation optimal pour son bois.

Poêle turbo

Le poêle turbo est équipé d’une seule chambre de combustion, il monte vite en température et chauffent rapidement l’habitat grâce à leur ventilateur. Cependant, il n’est pas meilleur qu’un poêle à double combustion.

Quel bois s’approprier/utiliser ?

Bois qui brule dans poêle à bois
Bois sec

Le bois sec et taux d’humidité

Bien entendu, quand on parle de bois, on fera toujours référence à un type de bois, le bois sec. Pour un chauffage de qualité, les bois secs ne doivent jamais dépasser les 20% d’humidité. Attention cependant aux marchés et aux vendeurs, les bois peuvent être affichés à 40% d’humidité avec une moyenne à 30%. Le seul moyen de savoir si le bois est réellement sec, c’est de le tester.

  • S’il y a de la mousse ou des champignons sur les bûches, si l’écorce est difficilement retirable, et si le bois est lourd, alors il est trop humide.
  • S’il ne contient pas de moisissures, champignons, s’il est fendu également et enfin s’il est léger et lorsque l’on cogne une buche contre l’autre alors le bois est prêt pour l’utilisation

Lorsque l’on s’approvisionne en bois, que ce soit en forêt ou dans les marchés, il est intéressant de redécouper le bois s’il est pas encore assez sec. Ainsi les petites buches pourront sécher rapidement et d’autant plus rapidement si l’endroit ou sont stockées vos buches est exposé au soleil. Si le bois vient d’être coupé, il est convenu de le garder au moins deux ans.

Une autre manière de connaitre le taux d’humidité d’un bois bûche est d’acheter du bois labelisé. Le taux d’humidité figure sur la facture. Selon le taux indiqué sur la facture, il faudra stocker le bois plus ou moins longtemps.
Sinon vous pouvez mesurer vous même le taux d’humidité d’une bûche en la coupant en deux et de tester avec un hygromètre.

Le bois demi-sec et le bois vert

Le bois demi-sec est généralement à un taux d’humidité entre 25% et 35%. Il convient de l’acheter en printemps ou en été afin de le laisser reposer jusqu’à l’hiver. Il faut au grand minimum 6 mois de séchage pour ce type de bois. Il a un apport calorique assez médiocre.

Le bois vert est un bois fraichement coupé, il contient entre 35% et 100% d’humidité. Par conséquent, c’est un bois qu’il faudra laisser sécher pendant au moins 2 ans. C’est le bois le moins cher du marché mais il est très difficile à bruler en l’état. Il est parfois même dangereux puisque lorsqu’un poêle chauffe, c’est l’eau du bois qui s’évapore et non le bois qui brule. Cela peut relâcher de la fumée dense dans les conduits et c’est particulièrement nocif lors de l’inhalation.

Les essences de bois

L’essence du bois joue un rôle important en matière de chauffage, les pouvoirs calorifiques changent.

  1. Le hêtre, l’orme, l’érable, frêne, le charme, le chêne offrent un pouvoir calorifique à environ 2000 KWh
  2. Le châtaignier, l’acacia offrent un pouvoir calorifique de 1700 KWh
  3. Les feuillus et les résineux (peuplier, bouleau, platane, épicéa) ont un pouvoir calorifique de 600 KWh. Cependant, Les résineux brulent vite et peuvent encrasser le foyer. Attention, la montée en température rapide peuvent abimer les composants de votre poêle, notamment les conduits.

A quel moment acheter son bois ?

Le printemps est la meilleure période pour se procurer du bois, les prix sont au plus bas et les délais pour livraison sont courts, l’été est aussi une bonne période pour renouveler son stock de bûches. La différence entre l’achat du bois en printemps et celui d’hiver est l’humidité de ce dernier. Le bois de printemps est encore humide. En revanche, celui d’hiver est déjà sec, c’est la raison pour laquelle il sera plus cher.

Laisser un commentaire